vendredi 17 mai 2019




Choisissez une des ces photos et écrivez un texte, après avoir défini un sujet.
Les personnes qui souhaitent passer un concours de catégorie C essaieront d'écrire au moins 25 lignes, ceux qui visent un concours de catégorie B, au moins 35 lignes et ceux qui visent un concours de catégorie A, au moins 45 lignes !

lundi 13 mai 2019

Quelle différence entre un professeur et un assistant territorial d’enseignement artistique ?



Nous parlons ici de 2 professions qui s’exercent dans la Fonction Publique Territoriale. Devenir professeur implique d’avoir réussi un concours de catégorie A. Devenir assistant territorial d’enseignement artistique implique d’avoir réussi un concours de catégorie B.
Un certain nombre de personnes qui passe le concours de professeur sont déjà assistants territoriaux d’enseignement artistique. Un grand nombre d’entre eux passe le concours en interne. Dans le concours de professeur, il y a un oral. En général, pendant cet oral, une des questions posées est : « quelle différence y a-t-il entre un assistant territorial d’enseignement artistique et un professeur ? ».
La plupart des candidats répond qu’il n’y a aucune différence, si ce n’est le salaire. Cette réponse n’est pas étonnante car un certain nombre de conservatoires donne le même travail à réaliser aux professeurs et aux assistants territoriaux d’enseignement artistique.
Cependant, il faut savoir que les textes sont très clairs sur la différence entre ces 2 concours. En effet, dans les textes, il est écrit que l’assistant territorial d’enseignement artistique doit normalement se voir confier les jeunes élèves, ceux qui commencent ; et que les professeurs doivent apprendre aux adolescents, notamment à ceux qui se destinent à une profession musicale, à une carrière musicale. Ainsi, on demande au professeur de « mettre le pied à l’étrier » à ces jeunes qui souhaitent devenir musiciens en utilisant l’ensemble de leurs réseaux. Vous l’aurez deviné, ils doivent aussi expliquer à ces jeunes comment le métier fonctionne, comment ils peuvent en vivre, quelles qualités relationnelles et comportementales ils doivent mettre en avant.
C’est donc la grande différence entre le métier de professeur et le métier d’assistant territorial d’enseignement artistique. Le jour de l’oral du concours, il est nécessaire d’appuyer sur cette différence afin de montrer que vous avez lu les textes, les notes de cadrage en particulier.
Quand un postulant au concours de professeur dit qu’il n’y a aucune différence entre le métier de professeur et le métier d’assistant territorial d’enseignement artistique hormis le salaire, il y a fort à parier qu’il soit recalé à l’oral du concours, tout simplement parce que cela signifie qu’il n’a pas lu la note de cadrage et qu’il ne connaît pas la différence entre un poste de catégorie A et un poste de catégorie B.

vendredi 10 mai 2019

Correction de "écrire un lipogramme"


Correction :
Il ne s’agit que d’un exemple. Il peut très bien y avoir d’autres réponses. Le problème était celui-ci :
Voici plusieurs phrases. Il vous faut écrire à partir de ces phrases un lipogramme, c’est-à-dire réécrire ces phrases sans utiliser une lettre (ici la lettre A). Vous devez donc soit réaliser des périphrases, soit travailler à partir de synonymes :
« Alice courut dans l’herbe mais, très vite, elle tomba dans un trou. Elle tomba, tomba, tomba et enfin, s’arrêta. La tête lui tournait. Elle se sentait mal. Elle avait du mal à respirer. Elle resta un moment sans bouger, pour reprendre ses esprits. »

« La petite fille courut dans l’herbe. Toutefois, très vite, elle chut dans un trou. Elle chut, chut, chut et enfin, ce fut fini. Son chef douloureux, le cœur au bord des lèvres, il lui fut difficile de reprendre son souffle. Conséquemment, elle choisit de se tenir immobile, pour reprendre ses esprits.
Avez-vous réussi ?

lundi 6 mai 2019

On trouve toujours un verbe à l’infinitif quand…



-       Il suit les verbes devoir ou pouvoir ou vouloir conjugués, quelle que soit la conjugaison choisie :
« Je peux venir », « je dois manger », « je veux bouger ».
-       Il suit les propositions « pour », « de », « à » :
« il se lève pour partir », « Il avait envie de venir », « il a encore beaucoup à faire ».
Cela vaut pour les verbes du premier groupe, du 2e groupe et du 3e groupe.
Pensez-y lorsque vous relirez votre composition. Vous pourrez ainsi corriger un certain nombre de fautes qui coûtent lors du concours.

vendredi 3 mai 2019

Ecrire un lipogramme :




« Alice courut dans l’herbe mais, très vite, elle tomba dans un trou. Elle tomba, tomba, tomba et enfin, s’arrêta. La tête lui tournait. Elle se sentait mal. Elle avait du mal à respirer. Elle resta un moment sans bouger, pour reprendre ses esprits. »

lundi 29 avril 2019

Le complément de nom


Le complément de nom, comme son nom l’indique, ajoute un complément au nom, généralement, au nom commun. Ce nom commun peut être le sujet de la phrase, ou un Complément d’Objet Direct ou un complément d’Objet Indirect ou encore faire partie d’un complément circonstanciel… Et le complément de nom peut lui-même être un nom commun, un nom propre ou un groupe de mots avec nom et adjectif(s).
Par exemple :
La maison de Gérard est très belle.
« De Gérard » est le complément de nom. Et le sujet est « La maison de Gérard ». Ce n’est pas la maison (le sujet est alors incomplet) comme on le dit souvent.
Dans :
Cette maison ressemble à la maison de Gérard, « de Gérard » est toujours le complément de nom.
Dans :
La porte claqua dans un bruit de fin du monde, « de fin du monde » est le complément du nom bruit.
Cependant, vous devez garder à l’esprit que vous ne pouvez ensuite commencer une autre phrase comme si le complément de nom était le nom. Ce n’est que le complément de nom et il ne peut se substituer au nom. Encore une fois, c’est une erreur courante :
« La porte claqua dans un bruit de fin du monde. D’ailleurs, elle n’allait pas tarder à arriver si ça continuait comme ça. »
Si vous prenez le temps de chercher à comprendre, vous verrez bien vite que la deuxième phrase n’a pas de sens vis-à-vis de la première parce que « elle » s’appuie sur la fin du monde.
Autre exemple :
« La durée du travail a été régulièrement diminuée tout au long du XXe siècle. Il continue pourtant d’être difficile ».
Là encore, la deuxième phrase n’a pas de sens par rapport à la première parce que son sujet est le complément de nom du sujet de la phrase précédente.
Soyez donc très vigilant lorsque vous écrivez et lorsque vous vous relisez.